Le diamant – La vie

Avez-vous déjà vu un diamant ? La façon dont il est taillé, en facettes. Savez-vous pourquoi ? Pour pouvoir renvoyer la lumière. D’où qu’elle provienne, il peut la refléter.
Entre autres choses, ils font en sorte qu’il soit étincelant. Ils mettent chaque facette en lumière et le font pivoter. Et alors, oh la la, sa brillance est éclatante. Il se saisit de la lumière et la fait rayonner de façon inimitable.
Et c’est pareil…
La joie de la Connaissance est comme ce diamant, et elle est facettée. Et vous, alors que vous évoluez, car tout change constamment. Tout change pour vous… et si vous pouvez le regarder, continuer à le regarder. Ne pas seulement dire : « Bon, ça je l’ai vu… Parce que non, vous ne l’avez pas vu… pas sous cet angle. Regardez. Vous seriez très heureux de dire : « Oui, je l’ai vu ; et comment, je l’ai vu ! »
Comme cette fille, elle disait : « …ressentir la paix une fois. » Non, non. Votre voyage dans cette vie est infini. D’infimes variations prennent place. Des compréhensions infinies sont créées. Vous oubliez certaines choses, vous vous rappelez d’autres choses. Vous voyez des choses que vous n’aviez jamais vues. Vous comprenez soudain une chose que de toute votre vie vous n’aviez jamais comprise. Et au fur et à mesure que vous changez… changez si infiniment, changez, changez, changez… continuez à regarder ce diamant. Parce qu’au fil des changements, votre appréciation changera. Et chaque fois que cette appréciation changera, chaque fois vous changez imperceptiblement, votre admiration pour ce diamant grandira. Parce que vous le verrez comme vous ne l’aviez jamais vu auparavant.
C’est la raison pour laquelle c’est un processus qui dure toute une vie. Pas seulement une journée. Pas d’objectifs, mais un voyage sur une route bien particulière. A chaque pas se rapprocher, se rapprocher, se rapprocher. En arriver au point où le plaisir du voyage en lui-même est devenu la destination. C’est ce qui doit se passer. C’est ce qui doit se passer. L’appréciation du voyage !

Prenez la vie comme elle est.

Y en aura-t-il d’autres, encore et encore ? Je ne sais pas. Reviendrez-vous encore et encore ? Vous ne le savez pas. Le pari le plus sûr ? Traitez celle-ci comme étant la seule que vous aurez.
Le souffle reviendra-t-il ? Je ne sais pas. En général, il ne revient pas. Mais vous l’avez. Epousez-le. Epousez cette vie, épousez cette existence. Et avec une grande joie, une immense gratitude, savourez. Profitez de cette existence. Si vous voulez de l’aide pour en profiter pleinement, venez me voir.
Je propose de l’aide. Les gens disent : « Pourquoi faites-vous ça ? » Bien sûr, il y a des gens qui n’ont pas de bonnes intentions, ils disent : « Et bien, je ne ferais jamais cela gratuitement ! » Vous le feriez si vous étiez amoureux. Si vous étiez amoureux de la vie, si vous étiez amoureux de ce souffle, vous n’auriez aucune hésitation à vous avancer et dire : « Il y a là quelque chose d’incroyable. Ne le perdez pas. » On m’a montré comment être amoureux de ce souffle. Je suis amoureux de ce souffle. Je suis amoureux de cette vie. Pourquoi en suis-je amoureux ? Je ne cherche pas de raisons, parce que je l’aime. Voila pourquoi je le fais

La Beauté de la vie

Lorsque j’ai cherché la Beauté, la Beauté m’est soudain apparue et se tint devant moi.
« Te voila ! Où étais-tu ? » Ai-je demandé. « J’ai toujours été là, » répondit la Beauté, « seulement tu ne me voyais pas. J’ai toujours été avec toi, constamment à tes côtés – mais comme tu ne me cherchais pas, tu ne pouvais pas me trouver. »
Laissez la Beauté être votre fidèle compagne. Cherchez la Vérité et la Joie – car elles aussi sont vos amies sur le chemin de la vie. Laissez la Clarté vous guider. Regardez ! Ces choses là vous attendent quand vous étreignez votre cœur. Personne ne se sent seul avec de telles amies, toutes vous accompagnent dans ce voyage. La gratitude est là. Ouvrez seulement les yeux et vous les verrez toutes et elles seront toujours avec vous. Avec le cadeau de chaque souffle la Beauté de la vie se déploie.
Alors, laissez le cœur être comblé.

Prem rawat