Faites en l’expérience

 

Faites en l’expérience

 

Comment est l’expérience de ce qui réside à l’intérieur ? C’est ce dont je suis venu parler. Les descriptions, c’est très bien, mais si vous voulez faire l’expérience du véritable amour durant votre vie, vous ne pouvez pas y arriver en regardant une image. Quoi qu’on en dise.

Le soleil donne la lumière, mais une image du soleil ne donne pas de lumière. L’eau étanche la soif, mais une image de l’eau ne peut pas étancher votre soif. Le feu peut brûler des choses, mais une image du feu ne brûle rien du tout. Comprenez-vous ? Parce que si vous voulez cet amour véritable, vous devez le ressentir.
Pas en restant dans la description, en imagination, juste avec des mots – non. Ce doit être une réalité. Ce qui est à l’intérieur est à l’intérieur et n’appartient pas à l’imagination. Acceptez-le et faites en l’expérience. C’est ça, le plus important.

Prem Rawat

Faites confiance à votre coeur

Faites confiance à votre cœur

Ecoutez ; écoutez ce que vous dit votre cœur. Ecoutez ce que je vous dis. Ecoutez. Faites confiance à votre cœur.
Si quelqu’un dit : « Vous étiez roi dans votre vie précédente ! » Que ferez-vous ? Que ferez-vous ? Une personne est venue chez moi un jour et a dit : « Vous avez les attributs d’un empereur. » J’ai rétorqué : « Allez-y ; continuez à passer la pommade, passez en autant qu’il vous plaira. » Quel genre d’empereur ? Quel empereur ? Quel royaume ? Quel trône ? Quel empereur ? Empereur de nulle part. Pas un empereur. Un être humain. Et dans ce monde, le désir de joie est à l’intérieur.
Le véritable paradis est en vous aussi longtemps que vous êtes en vie. En chaque cœur réside cet infini. Et gloire au cœur qui reconnaît l’infini en lui. Faites en l’expérience dans votre vie. Faites en l’expérience et comprenez ce qui fait partie de votre vie.

Changez de travail

Le créateur est en vous, et celui qui vous sépare de lui est aussi en vous. Alors maintenant réfléchissez : Qui avez-vous écouté jusqu’à présent ?
Les gens disent : « Je n’ai pas besoin de maître. » Vous n’avez pas besoin de professeur ? Tout le monde a déjà eu un maître. De qui avez-vous fait votre maître ? Votre tête est votre maître. C’est ce que vous écoutez. Aussitôt que la tête dit : « Passe par ici ; passe par là ; achète un sari bleu ; un sari vert. Teins tes cheveux. Fais-toi pousser la moustache. Rase ta moustache. » La tête dit :
« Oh, je n’ai pas envie d’aller au bureau aujourd’hui. Appelle-les, je ne veux pas y allez. »
Quoi que dise la tête, vous la servez. J’ai vu de très braves gens qui se considèrent très indépendants, ils ne travaillent pour personne. Mais ils ne sont pas le patron.
Vous croyez seulement être le patron. En fait, vous avez un patron et c’est un patron très dangereux. Il vous fait travailler très dur, et ne vous donne jamais de prime. Au moins, le patron qui vous paye avec des roupies vous accordera des vacances, vous donnera le dimanche. Mais votre patron actuel ne vous laisse même pas faire de pause le dimanche. Il ne vous laisse pas un seul jour de congé de la semaine.
Toute la journée il vous fait travailler, et même pendant toute la nuit. Il vous oblige à travailler. Même quand vous dormez, il vous enlève. Il vous fait voir les rêves dans lesquels vous pouvez avoir peur. Alors c’est vous le patron ? Non. Vous n’êtes pas le patron. Donc que suis-je venu vous expliquer ? Changez de travail !
Maintenant, il est possible que vous pensiez : « J’ai eu beaucoup de mal pour arriver à obtenir ce travail là, et si je le quitte et ne trouve personne d’autre pour m’en donner un, je serai perdu. » Ne vous inquiétez pas. Cet autre patron vous attend. Il vous accordera des vacances. Quel genre de vacances ? En faisant en sorte que dans votre vie, vous soyez sous un déluge de joie et de sérénité. Chaque jour vous aurez une prime. Soyez conscient avec amour, et il vous fera très, très riche.
Alors changez de travail. Vous n’avez pas besoin d’attendre. Il n’a même pas besoin de votre CV. Cela n’a rien à voir. Cela se rapporte à cette confiance.
Allez-y avec un cœur d’enfant.
Je peux vous montrer comment changer de travail. Faites de cette sérénité suprême votre patron ; et votre vie ne manquera jamais de primes. C’est l’essence même de ce que je suis venu dire ici. Maintenant il faut que vous le compreniez. Quels que soient les évènements dans votre vie, chaque souffle qui vient à vous a une valeur inestimable. Chaque souffle. Quand connaîtrez-vous sa valeur inestimable ? Dois-je vous le dire ? Quand viendra le dernier !

Prem Rawat

La véritable joie et autres extraits

 

Le meilleur moment

Beaucoup de gens demandent : « Qu’arrivera-t-il demain ? » «D’autres disent : « Oh, tout ira bien demain ! »
« Demain sera le moment d’acheter du terrain. » Mais le moment que nous avons maintenant – aujourd’hui – quel bon moment que celui-ci, où le souffle, le bienfait du créateur est venu en vous. Existe-t-il un meilleur moment que celui-ci ? Est-ce possible ? C’est celui-ci le meilleur moment. Quand le souffle vient dans votre vie. Le meilleur des bienfaits.

Le souffle vient même le samedi. Et aujourd’hui le souffle vient. L’instant où vient le souffle est le meilleur moment.
Prem Rawat à Patna

La véritable joie

Où est le vrai paradis ? Le vrai paradis est ici. Où est l’enfer ? Le véritable enfer est ici. Il ne peut pas exister de pire enfer que ceci. D’un instant à l’autre il vous transportera d’un bord à l’autre. Une douleur telle que vous ne pouvez l’imaginer. Cette douleur mentale est si forte qu’elle est pire que la douleur physique. Que pouvez-vous y appliquer ? Il n’existe pas de traitement pour la douleur de ce tourment.
Quand l’être humain comprend cette chose réelle, les orages peuvent traverser sa vie, mais il n’y aura que de la joie dans sa vie. Il peut y avoir des orages de tourments, mais cette joie réelle ne s’en va jamais. Je l’ai constaté. Ce ne sont pas que de belles paroles ; cette joie ne s’en va jamais. Je ne me contente pas de parler, je garantie chaque parole que je prononce.

Une belle chose

Les gens inventent des héros. Qui sont ces héros ? Superman. Qui sont ces héros ? Spider Man. Pour découvrir quelques jours plus tard que ce héro n’était pas vraiment un héros. Voila ce qui se passe.
Les gens n’ont pas besoin de héros. Ils ont besoin de se regarder eux-mêmes. Ils sont leurs propres héros. Il y a des anges qui marchent tout le temps parmi nous. Quand nous faisons quelque chose de beau. Quand vous parlez à quelqu’un de la possibilité de la Connaissance, vous êtes un ange ; en cet instant, vous êtes un ange.
Il y a des anges qui évoluent parmi nous chaque jour. Je l’ai constaté à Jaïpur. Il y avait un bus, et il commençait à partir. Un homme âgé courrait derrière lui en criant. Ses bagages étaient dans le bus, et pour une raison ou une autre, il l’avait raté. Et il courrait, courrait, courrait et moi, je voyais tout ça. Entre lui et le bus il y avait un homme en motocyclette, il a accéléré un petit peu et dit au conducteur du bus que quelqu’un cherchait à le rattraper. Le conducteur s’est arrêté et l’homme a pu monter dans le bus. Et l’homme sur la moto a disparu.
J’ai réalisé en cet instant que cette personne était un ange – parce qu’il a fait une chose si belle, si gentille. Quand vous parlez à quelqu’un de la Connaissance, en cet instant vous devenez un ange. Il n’y a pas de meilleur héro que ça.

 

Tracer votre itinéraire

Il existe une technologie qui peut vous mener à ce souffle ; qui peut vous mener quelque part. Qui peut changer votre vie.
Comment avoir une direction précise dans la vie, si nous ne connaissons pas notre destination ? Est-ce possible ? Si je vous donne une carte et que la destination est claire mais que vous ne savez pas où vous êtes situé sur cette carte, vous ne pourrez pas tracer votre itinéraire. Parce que vous ne savez pas où vous êtes sur la carte, cela va générer une grande perplexité.
Connaissez votre position actuelle. Connaissez-là. Si vous ne savez pas où vous êtes, vous ne pouvez arriver nulle part.

Comment trouver où nous sommes ?

La réponse ne peut pas être trouvée à l’extérieur. Ceci n’est pas une religion, ce n’est pas une philosophie. Ce dont je parle n’est pas une philosophie, il ne s’agit pas de poser des questions. Il est question de clarté. Ceci n’est pas à propos de prise de position, il n’y a pas de devinettes. Vous devez savoir clairement où vous êtes. Cela ne doit faire aucun doute. Sinon vous n’atteindrez rien dans votre vie. Toutes les discussions seront vides de sens. L’un dira : « Voila où j’en suis, telle est ma position. » L’autre dira : « Moi j’en suis là, c’est ma position. » Et ils commencent à se battre. L’état dans lequel est le monde permet de constater ce qui se passe.
Il y a tellement de technologies, pourtant plus on fait de découvertes, plus la situation empire. Cela, parce que les gens ne s’intéressent pas les uns aux autres. L’être humain ne considère pas un autre être humain en tant qu’égal. Ça, c’est terminé.
Qui êtes-vous ? Vous êtes un être humain. Alors les différences – le fait d’être un homme, une femme ou un enfant sont sans importance – le principal est que vous êtes en vie et que vous êtes un être humain. Un point c’est tout.

Prem Rawat

Une soif – Pendant que vous êtes en vie

Une soif

Nous sommes tous réunis ici aujourd’hui pour écouter, pour comprendre. Ce que je suis venu partager avec vous est très simple ; très simple. Et je m’adresse à vous d’une personne à une autre. Je ne suis pas venu ici avec la prétention de tout savoir.
D’après ma compréhension, il y a un élément. Parce qu’un être humain peut en comprendre un autre. Il y a la douleur, la joie, le rire. Tout cela fait partie de notre vie. Un corps humain vous a été donné, tout comme à moi. Il fut un temps où vous n’existiez pas, et je n’existais pas non plus. Et à présent vous et moi sommes ici. Inutile d’applaudir pour ça, si vous devez applaudir, applaudissez à ce qui suit.
Le moment viendra où vous ne serez plus là et moi non plus. Je ne parle pas du fait que nous soyons venus au monde ; c’est déjà fait. Nous ne nous souvenons pas de notre naissance. Cependant dès que nous sommes devenus conscient, nous avons pu constater une soif dans notre vie. Une soif qui nous incite à atteindre la sérénité suprême. Une soif qui nous inspire à trouver cette plénitude.

Pendant que vous êtes en vie

Votre dernier jour ne ressemblera pas à votre dernier jour d’école. À l’école où vous avez été éduqués, vous avez souvent été battus. Au dernier jour vous penserez : « Je dois faire telle chose, et telle autre. »
Ce que vous avez à faire, vous devez le faire pendant que vous êtes en vie. Les expériences que vous devez avoir, vous devez les avoir maintenant. Si vous voulez ressentir le paradis, vous devez en faire l’expérience pendant que vous êtes en vie.

Prem Rawat

L’expérience – En vous

L’expérience

Vous rentrez chez vous tard le soir et votre mère, votre père, votre oncle, bref toute la famille habite avec vous. Vos frères et sœurs, tous ont déjà mangé, et comme vous êtes en retard vous n’avez pas dîné. Vous leur avez demandé si ils avaient tous mangé et tous ont répondu, « oui, nous avons tous mangé et nous n’avons plus faim. »
Comment vous sentirez-vous ? Si vous n’avez pas mangé et que vous avez faim, serez-vous rassasié parce que les autres ont mangé ? Non. Vous avez besoin de quelque chose pour apaiser votre faim. Car la faim, la soif, ne dépendent de personne d’autre que vous. L’expérience est en vous.
Jusqu’à ce que la soif soit étanchée, jusqu’à ce que la faim soit satisfaite, peu importe quel genre de mantra on vous demande de chanter, « à manger, à manger, à manger. » Le temps que vous passez à le psalmodier n’y changera rien. C’est en rapport avec l’expérience. Quand vous aurez mangé, votre faim sera calmée. Quand vous boirez de l’eau votre soif sera étanchée. Cela n’a rien à voir avec des mots, il faut le ressentir.

En vous

Bien que le parfum soit avec le daim, il s’obstine à le chercher dans la forêt.
Ce daim est comme vous. Ce monde est la forêt et vous êtes le daim. Le parfum est en vous.Prem Rawat

Satisfaction

Innerlink

Satisfaction

Si j’ai soif et que je vais jusqu’à un puits, que je descends le seau, prends l’eau et la verse dans un verre, mais que je ne bois pas l’eau, je me contente de tenir le verre en main, ma soif sera-t-elle étanchée ? J’ai tout fait. J’ai commencé par aller chercher l’eau, attaché le seau à la corde, descendu le seau, puis versé l’eau recueillie dans un verre.

Je l’ai placé à un mètre de ma bouche, j’ai le verre en main. Si je le penche, l’eau n’ira pas dans ma bouche, ma chemise sera mouillée. Si quelqu’un se tient à côté de moi, cette personne pourrait se faire éclabousser ; mais la soif ne sera pas étanchée.

Si je veux étancher ma soif, de quoi ai-je besoin ? De quoi ai-je besoin pour étancher ma soif ? Les gens répondent : « J’ai besoin d’eau. » Encore une fois, soyez attentif. J’ai cherché de l’eau, puisé l’eau, versé dans un verre, alors j’ai de l’eau, mais j’ai toujours soif. J’ai trouvé l’eau mais j’ai toujours soif.

J’ai un besoin, et ce besoin est que l’eau doit être bue.

Alors, quand l’eau est en moi, et alors seulement ma soif sera étanchée.

Prem Rawat

Innerlink

Le cygne et autres extraits

Le cygne

Il y a en vous un endroit, et c’est le véritable paradis. Qui est là ? Ce cygne est là. Ce qui est en vous peut vous combler de joie. Apprenez à le connaître.
Cherchez-le. Où que vous le trouviez, ce sera bien. Vous ne le trouverez que là où il est. Mais cherchez-le, cherchez-le vraiment.
Où est-ce que j’interviens ? Lorsque vous n’arrivez pas à le trouver, venez me voir. Je peux aider.
Il n’y a pas de limite à la joie

Qu’est ce que cette vie ? Pourquoi dans la vie, la soif de joie est-elle en chacun ?
Indépendamment de la religion, de la couleur de la peau, chacun a besoin de joie depuis sa plus tendre enfance. Personne ne va au temple pour dire : « J’ai trop de joie, je vous en prie, enlevez-en, Dieu, vous qui m’avez donné tant de joie, réduisez-la. » Personne ne va au temple pour ça. Parce qu’elle fait partie de votre nature ; votre nature. Il n’y a pas de limite à la joie.
Comment trouver le bonheur ? Comment trouver la joie authentique ? Pas la joie présente un jour et partie le lendemain, le bonheur qui est là pour vous pendant toute votre existence. Alors, que faut-il faire ? Que peut-on faire ? Que faire ?
Grâce à la porte que vous avez reçue avec ce corps, avec cette vie humaine, vous pouvez recevoir la Connaissance. Quel genre de Connaissance ? Celle qui est déjà en vous, elle vous reliera à cela. Voila de quoi il s’agit ici. Vous cherchez Dieu à l’extérieur, alors qu’il est là, en dedans. Le trouverez-vous ?

Comment le trouverez-vous ? Cherchez-le là où il est et vous le trouverez.

Déjà en vous

Quelqu’un a dit – le poisson a soif dans l’eau – et je trouve cela amusant – le poisson, c’est vous. C’est vous.
Ce dont vous avez besoin est en vous. Vous avez besoin de la Connaissance. Certains disent : « Pourquoi avons-nous besoin de la Connaissance ? » Je vais vous donner un exemple : Avec vos yeux, vous pouvez tout voir, mais si vous voulez voir vos propres yeux, qu’allez-vous faire ? Vous ne pouvez pas les sortir de leurs orbites. Il existe un moyen plus simple. Il vous faut un miroir. En regardant dans un miroir, vous pourrez les voir. Voila le propos de la Connaissance. La Connaissance vous reliera à ce qui est déjà en vous.
Si vous voulez la Connaissance, alors la Connaissance est possible. Si vous voulez paix et bonheur dans votre vie, alors la paix et le bonheur peuvent aussi entrer dans votre vie. C’est possible.
C’est ce que je suis venu dire, et je l’ai dit, le reste dépend de vous. J’ai fait des milliers de pas. Un pas, c’est vous qui devrez le faire. Si vous voulez cette Connaissance, vous devez demander cette Connaissance. Vous avez besoin de foi et de confiance et vous devrez trouver cette foi et cette confiance. Et, profitez de votre vie.

Le train de la vie

Alors, de quoi s’agit-il ? Il y a un train. Vous avez sûrement déjà voyagé en train – mais ce train est vraiment unique. Il ne s’arrête nulle part ; il est en marche, il file, file. Et les passagers montent dans ce train, mais il ne s’arrête pas pour les passagers. Des passagers en descendent, mais il ne s’arrête même pas pour ceux qui descendent. Il reste en marche, en marche, en marche.
A chaque seconde, 4 passagers montent dedans, et chaque seconde, il en descend à peu près 2. C’est statistiquement correct. Quatre personnes viennent au monde par seconde – quatre, ils montent – et à peu près chaque seconde 2 personnes meurent. Donc, ils descendent du train. Une fois que vous êtes dedans, il ne s’arrête nulle part, alors, quand en descendrez-vous ? Où va ce train ? Il est en marche jour et nuit. Mais il ne va nulle part. Je vous avais prévenus, n’est-ce pas ? Il est unique, ce train.
Il y là des passagers, l’un fait ceci, l’autre cela, un autre voit les choses différemment. Ils ont tous leurs bagages comme si ils allaient quelque part. Là où vous irez un jour, vous n’aurez pas besoin de bagages. Mais chacun a ce fardeau sur la tête – « Ca c’est à moi, j’en aurai peut-être besoin ! » « Où allez-vous ? » Les passagers parlent entre eux – « Où allez-vous ? D’où venez-vous ? » « Où avez-vous été ? » « Comment s’est passé le voyage ? » Et tout le monde parle de ça – « Je viens d’un très bel endroit, et je vais dans un endroit qui est très beau aussi ! »
Dans cette vie, vous êtes dans ce train, et le train est en marche. N’avez-vous pas le sentiment d’aller quelque part dans ce train ? J’en ai la preuve. Considérez le souffle. Il est en marche. Il continue d’avancer. C’est le train de votre vie. Il est en marche ; il ne s’arrête jamais. Il continue encore et encore. Et un jour, ce va et vient s’arrêtera.
Pensez-y. C’est votre voyage, vous êtes dans ce train. Qu’allez-vous faire ? Il ne stoppe nulle part. Si vous avez décidé que vous voulez aller quelque part, il faut descendre, n’y pensez pas. Il va partout mais ne s’arrête nulle part. Le jour où vous descendrez de ce train, peu importe où vous serez. Ce corps humain est inestimable. Ne le gaspillez pas. Vous l’avez.

En chaque instant

Dans la vie, soyez conscient chaque jour. Et lorsque vous serez conscient, vous pourrez voir combien la vie est belle. Cette vie que vous continuez à maudire. Cette vie que vous continuez à évaluer d’après bonheurs et peines.
La vie ne doit pas être jugée d’après les joies et les peines. Parce qu’il y a de la joie dans chaque jour, en chaque instant. S’il fallait prendre des mesures, alors ce devrait être : Combien ai-je apprécié cette journée ? Combien de joie puis-je absorber ?
Combien de joie pouvez-vous absorber ?

Prem Rawat