Divinité et autres extraits

Divinité

C’est l’occasion pour chaque être humain de passer un peu de temps avec le Bien-aimé. D’arriver à savoir. Arriver à comprendre quelque chose. Arriver à ressentir. Arriver à exister dans la gratitude. Arriver à se réjouir.

Quand tout cela se produit, vous vous sentez en vie. C’est alors que vous commencez à vivre. Tout devient une belle chorégraphie. Un mouvement incroyable. Le mouvement le plus merveilleux qui soit est le va et vient du souffle. Pour le comprendre, la lecture de saintes écritures n’est pas requise. Il n’a pas besoin d’être démontré. Il n’a pas besoin d’être exagéré. Sa divinité est évidente. Est-ce que c’est évident pour vous ?

La bienveillance suprême

Pensez à la vie ainsi : Elle est votre chance de passer du temps avec le meilleur ami que vous n’avez jamais eu. C’est votre moment.
C’est votre chance d’être avec la clarté la plus absolue qui soit dans l’univers tout entier. C’est votre chance de passer du temps avec la bienveillance suprême. C’est votre chance de passer du temps en compagnie de l’infini. C’est votre chance de passer du temps dans la joie absolue.
C’est ce qu’est une vie. Il n’est pas prévu que ce soit pour toujours. Mais la possibilité existe. Vous pouvez passer du temps avec ce qu’il y a de plus beau. Et celui-ci réside dans votre cœur.

Comblé de joie

Quand le cœur est comblé de gratitude, c’est agréable. Quand la priorité de la vie est comprise et admise, c’est très agréable. Et quand je n’investis ni ne parie sur hier – ou sur demain – mais que j’investie et parie sur cet instant, c’est très, très agréable.
Quand j’ai compris l’infini qui réside en moi, alors c’est vraiment très agréable. Quand je reconnais et comprends l’importance du souffle qui vient à moi, c’est vraiment très agréable. Quand je ne vis pas dans les ornières créées par mes croyances, mais que je vis sur les fondations, quand ma maison est bâtie sur les fondations du savoir – non pas des suppositions et des préceptes, mais du savoir – c’est vraiment très agréable.
Quand je connais ce qui réside en moi. Quand je sais. Et non pas quand je crois, quand je pense, quand je veux.
Quand je connais l’ami à l’intérieur de moi, c’est vraiment très agréable. Et c’est tout le propos de la Connaissance. C’est le propos de la vie. Comblez votre vie de l’agréable ; comblez-la de joie.

Prem Rawat

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s