Les mots qui touchent le coeur

 

L’acceptation.  Accepter. C’est tout.

Et dans cette acceptation, dans cette compréhension, la clarté commence à émerger. Lorsque les mots qui viennent du cœur d’une personne  touchent un autre cœur – quelles que soient les circonstances, l’être humain s’arrête et commence à écouter, parce que dans son cœur quelque chose se met à danser. Le cœur est incapable de danser pour une autre raison. Le cœur ne danse que lorsqu’il reçoit ce qu’il désire vraiment. C’est la gloire d’écouter le message du cœur. Quand l’appel se fait entendre…

Quand le cœur dit : « Sois comblé, » que faisons-nous ? Nous l’ignorons. « Tu n’es pas assez important. » Quand l’appel de l’intérieur nous demande d’être comblés, que faisons-nous ? Nous l’ignorons. C’est sans intérêt. Cela ne mérite pas d’y consacrer mon temps. Que répondent les gens quand on leur parle d’être comblés, heureux ? « Je n’ai pas le temps pour ça. » Ce n’est pas de l’arrogance – c’est de l’ignorance. Tout comme le souffle a toujours accompli son va et vient, il continuera à venir et repartir… les gens croient que cela n’a pas de fin. Il y a une fin. Et l’humilité qu’elle déclenche est positivement extraordinaire. La démarcation est subtile. Ce n’est pas comme un marteau qui s’abat, c’est une démarcation subtile. Un jour il me faudra partir. Quand cela devient certain, la valeur du temps devient claire. La valeur de la vie devient claire. Je parle souvent à des gens qui savent que leur fin est proche. Récemment, hier en fait. Une dame était mourante. On m’avait dit qu’elle souffrait beaucoup alors on lui avait administré de la morphine. Mais malgré tout, une chose vraiment fondamentale était intacte. Elle n’était pas perdue. Tellement fondamentale : « Merci pour cette vie. Merci, j’ai profité pleinement. » Et moi, à l’autre bout de la ligne téléphonique, je suis témoin de cela et ma réaction est « Ouah ! » Pas le début, pas la fin, mais cette journée, cette minute, cette seconde de pure joie, de pure félicité, de pure réalité – être touché par cela. Ce qui réside en vous 24 heures sur 24 – 7 jours sur 7. Qui est en vous tout le temps. Qui ne vous abandonne pas. C’est là. Quelle que soit  le but du voyage, où que vous alliez, qui que vous soyez, malgré votre arrogance, ignorance, peu importe comment vous appelez ça, le cadeau continue à venir. La bénédiction continue à venir. Tout ce que vous avez à faire pour mettre votre monde en ordre c’est de l’accepter. C’est tout. L’acceptation. Accepter. C’est tout. Et dans cette acceptation, dans cette compréhension, la clarté commence à émerger.

Prem Rawat

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s