C’est maintenant

Munich, Allemagne 

Par nature – non par la pensée ou par choix, mais par la nature d’un être humain, vous avez besoin d’être en paix. Par nature, vous avez besoin de vous sentir comblés. Par nature, vous avez besoin de ressentir la satisfaction. Ce n’est pas un choix. Car si vous ne vous sentez pas satisfaits, les choses vont mal pour vous, même si elles vont bien.

Je peux vous aider à reconnaître votre souffle comme vous ne l’avez jamais fait auparavant. Je le peux. C’est ce que je fais. C’est ce que je fais. Je peux vous aider à reconnaître la beauté –  remarquez que je n’utilise pas le mot importance, mais le mot beauté – la beauté d’un instant de votre vie. Je peux vous aider à reconnaître la paix qui danse en votre cœur.

Trouvez cette merveilleuse paix en vous. Trouvez cette richesse. Trouvez cet enthousiasme, ce joyau, cette plénitude. Car il n’y a pas de limite à la plénitude. Il n’y a pas de limite à la satisfaction, et il n’y a pas de limite à la gratitude. Ces choses-là sont éternelles.

C’est maintenant

Il y a des gens dans le monde qui vous expliqueront comment gérer vos problèmes, – pas vous débarrasser de vos problèmes, – gérer vos problèmes, « gérer votre colère. »  Quand rien ne va, les rouages grincent, c’est la colère. Et les gens disent : « Non, ne vous en débarrassez pas, gérez-la. » Quoi ? Lui permettre de se perpétuer ? « La gérer. » Il y a toute une industrie un peu partout qui dit : « Écoutez, apprenez seulement à gérer vos problèmes. » Alors qu’il existe quelqu’un qui dit : « Quels problèmes ? Ces problèmes ? Ils disparaîtront automatiquement. Ne vous en souciez pas. Un jour ils seront tous partis.
Vous ne les aurez plus. »

Votre plus gros problème est de ne pas reconnaître le soi. Votre vie ne sera jamais équilibrée, quoi que vous fassiez, si vous ne placez pas le soi en premier. Le soi est le un. Tout le reste, ce sont des zéros. Vous pouvez avoir trois zéros et placer un derrière. Dans ce cas, quelle est la valeur de un, et quelle est la valeur des zéros ? Zéro reste zéro et le un reste un.. Placez le un devant ces zéros et qu’obtenez-vous ? Mille, dix mille. Continuez à additionner les rien mais, tant que vous placez ce un en premier, cela augmentera, millions, centaines de millions, centaines de centaines milliards, billions. Retournez ça et les zéros redeviennent des zéros, et le un reste un. Une petite formule. Si vous êtes capable de placer le soi en premier. Je ne dis pas être égoïste, pas le soi du genre : « Je dois être sur le devant de la scène. » Non, je ne parle pas de ça. Ça, ce n’est pas placer le soi en premier. C’est être égoïste, c’est de la bêtise. C’est être arrogant. Non. Le soi, dans votre propre vie, le soi que vous êtes, ce cygne, dont la présence permet à tout de se faire. En son absence rien n’arrive. En sa présence vous êtes vous-même, en son absence vous n’êtes rien. En sa présence vous êtes adoré, en son absence vous êtes enterré.

La bonne nouvelle est que cette compréhension, que cette clarté est possible. L’objectif de tout cela est la joie. Vous avez une vie, pas deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit. Réussissez-la. Réussissez-la maintenant. Combien d’erreurs avez-vous faites dans votre vie ? Les gens ont des anniversaires… 50, 60, 70. Statistiquement parlant, vous approchez. Mais ne vous y trompez pas. Ne vous y trompez pas. Statistiquement tout a commencé à votre naissance. Vous avez avancé vers ce jour là à la même vitesse toute votre vie. Cela semble peut-être plus rapide maintenant qu’auparavant. C’est une grande illusion. Vous avez avancé à vitesse constante vers ce jour là. Ce n’est pas à quelle distance vous êtes entre ces deux points qui compte. C’est le moment où vous l’obtenez qui compte. Même si ce n’est que deux minutes avant, mais vous l’avez, c’est fait. Vous l’avez. Obtenez-la. Maintenant.

Maintenant n’est jamais trop tôt, jamais trop tard. C’est maintenant, et si vous y arrivez, tout devient simple. Plus de guerres, plus de guerres. La guerre intérieure. Cette guerre fait rage depuis longtemps. Et il y a un cimetière où gisent les moments défunts, les moments défunts, les moments perdus à l’inconscience. Et il est immense, ce cimetière est immense. Vous devez mettre fin à cette guerre. La guerre à l’extérieur est le reflet de cette guerre-là. Est-ce que quelqu’un d’autre doit mettre fin à sa propre guerre avant que vous ne fassiez taire la vôtre ? Non. Soyez en paix. Il y a des gens qui parlent d’être en paix, en période de fêtes. Je parle d’être en paix toute l’année. Les gens veulent être dans la joie. Ils parlent d’être joyeux en période de fêtes. Je parle d’être dans la joie toute l’année. En fait, oubliez toute l’année, j’inspire les gens à être dans la joie à chaque instant de leur vie, parce que c’est possible. C’est possible et c’est possible pendant votre vie.

Alors j’espère que toutes ces choses merveilleuses se réaliseront pour vous.

Prem Rawat

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s