Là où danse la paix

« Prem Rawat décrit notre existence comme une note jouée dans une belle symphonie. Cette note, dit-il,
« doit se trouver elle-même » en découvrant la paix qui réside en elle. Lorsque le cœur est comblé de gratitude, la note se retrouve, la soif intérieure est étanchée et une belle danse commence. »

Là où danse la paix

Vous êtes, vous existez ! Vous avez besoin de voir, vous avez besoin de voir qu’ici il s’agit de ce qui a fonctionné, non pas de ce qui n’a pas fonctionné, mais de ce qui a fonctionné.Ce que vous écoutez,  quand c’est une belle symphonie, est composé des notes qui ont été jouées, pas des notes qui n’ont pas été jouées. C’est ça une symphonie, elle est composée de notes jouées. Votre existence est une note qui a été jouée. Vous êtes, vraiment, cette belle note qui doit se retrouver, se trouver elle-même, pas une autre note, elle-même, et résonner avec assurance aussi mélodieusement qu’elle le peut. Pas une note à contrecœur  et en sourdine :

« Je ne sais pas où est ma place. »
Vous cherchez la réussite alors que vous êtes la plus belle réussite. Vous cherchez l’amour, alors que l’amour est dans votre cœur.
Vous cherchez la paix alors que la paix réside dans votre cœur.
Vous cherchez la satisfaction alors que vous en avez davantage que vous ne pourrez jamais le concevoir .
Non, le moment est venu de retentir, parce que vous êtes la note juste, parce que ce cœur a besoin de ressentir la gratitude, je le répète, et quand ce cœur est rempli de gratitude, une belle danse commence ; celle de la vie qui danse.
Il ne s’agit pas, du bon et du mauvais, je ne suis pas là pour ça.
Il ne s’agit pas du bien ou du mal, ce n’est pas pour ça que je suis là. Ce n’est pas pour satisfaire votre curiosité, je ne le peux pas.
Mais pour cette soif qui est en votre cœur, j’ai  une solution qui peut être satisfaisante, elle le peut. Mais cette satisfaction, je dois vous prévenir, une fois que vous l’avez, n’est pas permanente, non, elle doit être retrouvée, encore, encore et encore…Parce qu’un musicien n’apprend pas seulement à jouer du piano une fois pour toutes, un cuisinier n’apprend pas à cuisiner pour s’arrêter ensuite, vous n’avez pas appris à faire du vélo et déclaré, maintenant je sais en faire, je m’arrête. Non ! Vous avez continué chaque jour à monter à vélo avec une joie intense, un grand plaisir, chaque jour.
Tout comme pour la nourriture dont nous avons besoin chaque jour. Bien que certains prétendent que l’on a pas besoin de se nourrir chaque jour. Mais nous en avons besoin.

Nous avons besoin de nous alimenter quand nous avons faim.
Nous avons besoin d’eau pour la soif, quel que soit le moment où elle se manifeste, et quand elle vient, encore et encore, permettez-lui d’être présente.

Soyez, dans votre vie,  loyal envers cette sensation, envers cette soif et soyez comblé.
C’est le moins que vous puissiez faire pour vous-même.

Prem Rawat