Prem Rawat Italie et Miami

Prem Rawat a été reçu par les élus locaux, les citoyens et notables à Sondrio en Italie.Voici un extrait de son discours.

Le désir de trouver la paix est dans le cœur de chaque être humain. La paix n’est pas un état dans lequel vous devenez un légume. Elle n’est pas une peinture florale. Elle n’est pas deux doigts levés.

Qu’est-ce que la paix ? Lorsque vous êtes proche du Dieu qui réside en vous, de cette réalité qui réside en vous.

Les gens veulent le progrès. Les gens veulent la prospérité. Qu’est-ce que la prospérité ? Il y a quelques années, l’économie des États-Unis était la plus prospère. En ce moment, ce n’est pas vraiment bon. Il se trouve que des profits ont été faits. On dirait bien que lorsqu’un certain nombre d’individus s’unissent dans le mensonge, cela devient socialement acceptable et cela devient la vérité. Ce n’est pas la vérité ! Voulez-vous connaître la vérité ? Alors tournez-vous vers vous-même, regardez dans votre cœur et vous connaitrez la vérité.

La paix n’a rien de social. La paix est la lampe qui est allumée en vous. La lampe de la compréhension. La lampe de la clarté. La lampe de la Connaissance. La lampe qui a le pouvoir de chasser l’obscurité. Voilà ce qu’est la Connaissance – savoir. Savoir. Pas deviner, débattre, mais constater l’évidence de chaque être humain sur terre, et comprendre qu’ils ne sont en rien différents de vous.

Vous, comme les autres, avez cette quête de satisfaction dans la vie. Si la paix est ce que nous voulons, nous pouvons l’avoir. Si nous pouvons aller sur la lune, nous pouvons être en paix.

La paix n’est pas impossible.

Beaucoup de gens prétendaient qu’il était impossible d’aller sur la lune. Un voyage sur la lune a été accompli avec succès grâce aux efforts de ceux qui ont déclaré : « C’est possible. » Votre présence ici témoigne, je l’espère de ceux qui disent : « La paix est possible. » Non pas : « La paix est impossible, et voilà pourquoi… »

J’ai rencontré des gens très pauvres, et d’autres très riches. C’est chaque fois pareil : « Je veux la paix dans ma vie. » Si chacun d’entre nous peut être une lampe allumée, allumée avec la Connaissance, allumée avec la compréhension, allumée avec la clarté, alors nous détenons le potentiel d’éclairer et une quantité illimitée de lampes éteintes. Telle est la possibilité.

Une lampe allumée peut embraser un nombre incalculable de lampes éteintes. C’est non seulement possible, mais cela commence par vous. Par la recherche en votre cœur. Ce premier pas  consiste à commencer à avoir accès à votre cœur. C’est dans la profondeur de votre cœur que réside la soif qui vous conduira au puits. Celui qui a soif est capable de comprendre la valeur de l’eau. L’affamé est capable de comprendre la valeur de la nourriture. Et vous devez ressentir cette soif qui réside en vous dans votre vie. Votre vie.

Votre existence a un sens. C’est important.

Prem Rawat

Miami

Précieuse abondance

Que signifie être riche ? Être riche, ce n’est pas seulement avoir de l’argent. On peut être riche de beaucoup de choses. Alors comment définir être riche ? Deux éléments sont nécessaires pour être riche. Premièrement, il faut avoir quelque chose de précieux. Une chose pas ordinaire, précieuse. Deuxièmement, il faut en avoir en abondance. Il faut avoir quelque chose de précieux, et en avoir beaucoup.

Et plus vous en avez, plus vous êtes riche. Le caractère précieux et l’abondance se conjuguent pour vous apporter la richesse. Les deux éléments doivent être là.

Maintenant la question devient : êtes-vous riche ? Qu’est-ce qui est incroyablement précieux ? Non seulement précieux, mais que vous possédez en abondance ? Il y a quelque chose, et ce ne sont ni des dollars ni des diamants. C’est une sorte de richesse différente. Une chose qui est incroyablement précieuse, c’est le souffle qui vient à vous. Non seulement il est précieux, mais il vient abondamment. Pas seulement une fois, car cela ne vous rendrait pas riche.

Les deux tests à réussir – précieux et abondant. Le souffle. Tout le monde l’a. Cette vie est le plus beau cadeau qui nous ait été fait. La vie. Qu’est la vie ? Il y a de très nombreuses définitions. Mais si voulez regarder la vie, regardez-la ainsi : c’est une quantité de strates accumulées. Une seule couche est réelle. Le reste n’est qu’un amas de superpositions recouvrant cette base réelle. Et parfois les superpositions sont si nombreuses que vous perdez la couche réelle de vue. Ce que je fais, c’est demander aux gens de soulever ces strates successives un par un, et de constater qu’elles ne sont que les strates. Chaque strate peut changer. Et chaque strate représente un changement. La seule chose qui ne change pas est la couche de base, l’assise fondamentale sur laquelle tout s’est développé.

La vie ressemble aussi beaucoup à ces strates. Nous avons nos relations, nos amis, et nous avons nos idées, notre emploi, telle et telle chose qui arrivent. Bientôt, nous sommes empêtrés dans tous ces strates, et nous oublions l’objectif de la couche principale. Son propos est d’étancher votre soif. Son propos est de faire l’expérience du paradis.

Votre présence ici, pour moi, indique que vous êtes sincères dans votre démarche de retirer de la joie de cette vie. Si c’est bien ce qui vous intéresse, je peux vous aider. Je peux en faire une réalité pour vous. La paix. Dans cette vie.

Il ne s’agit pas de faire quoi que ce soit. Il s’agit de défaire. Ce que vous cherchez est déjà en vous.

Prem Rawat

Prem rawat à Lisbonne

 La lumière

Quelle est la nature de la lumière ? Nous savons tous que lorsque la lumière arrive, l’obscurité ne peut pas rester. Elle s’en va. Où elle va, ça nous est bien égal, parce que l’obscurité représente précisément les éléments qui nous déplaisent. L’obscurité représente la peur ; la peur de l’inconnu. L’obscurité représente la confusion. L’obscurité représente l’égarement. L’obscurité représente la douleur. L’obscurité représente la souffrance.

La lumière est la seule chose qui puisse obliger l’obscurité à s’en aller. C’est donc l’un des attributs, l’une des qualités de la lumière. Mais ce n’est pas le seul attribut de la lumière. Elle a une autre qualité ; quand elle se répand sur quelque chose, elle l’illumine. Et ce phénomène d’illumination se produit par réflexion. Chacun d’entre vous, les murs, le plafond, la moquette, le décor, chacun de ces éléments a un attribut, il peut refléter la lumière. Et quand il a l’occasion de refléter cette lumière, elle vous permet de voir cet objet. Et c’est juste l’un des attributs.

Il y en a un autre. Quelque chose d’autre est enraciné dans ce processus de réflexion. Quand on voit quelque chose de vert, cela signifie que tout est absorbé, sauf le vert. La lumière réverbère le vert ; alors on voit l’objet en vert.
Qu’est-ce que cela signifie pour nous en tant qu’êtres humains ? Que lorsque la lumière se répand, nous aussi avons un attribut. Qu’absorbons-nous et que reflétons-nous ? Parce que ce que nous absorbons et ce que nous reflétons, particulièrement ce que nous reflétons, nous donne les couleurs. C’est la couleur avec laquelle nous serons perçus.

Là, les gens se disent : « Quel rapport cela a-t-il avec la paix, avec la joie ? » Ça en a un. Si la lumière tombe et que vous reflétez la haine, elle deviendra visible. Si la lumière tombe et que vous reflétez la paix, alors c’est elle qui deviendra visible.
Vous ne le savez peut-être pas, mais si vous êtes parent, vos enfants, votre famille, savent quand vous êtes en colère, rien qu’en vous regardant : « Oh la la, reculez, reculez, papa est en colère, évacuez, disparaissez. » Nous sommes ainsi ; c’est notre nature.
A présent, la question est : Que reflétez-vous ? Que voulez-vous refléter ? Je ne parle pas de couleur. Je ne veux pas dire du bleu, rouge, vert, violet, jaune. Ça n’a aucun rapport. Un médecin serait peut-être intéressé si vous tourniez au bleu ou au vert mais ce n’est pas mon propos.

Vous avez l’aptitude de refléter. Que voulez-vous refléter ? De quelle couleur voulez-vous être ? Parce que lorsque la lumière se répand sur vous, vous reflétez quelque chose. Alors, que voulez-vous refléter ?
Voulez-vous que ce reflet soit teinté de paix, parce que vous ressentez la paix ? Voulez-vous que ce reflet soit teinté de satisfaction, parce que vous vous sentez satisfait. Aimeriez-vous qu’il ait aussi une légère nuance de gratitude, parce que vous ressentez de la gratitude dans votre vie ?
Voulez-vous ressentir la joie ? Une joie authentique. Une joie qui vient de l’intérieur de vous. Une joie qui ne cherche pas de déclencheurs extérieurs. Que voulez-vous ?
Quelle lumière voulez-vous refléter ? Quelle nuance voulez-vous ? Parce que  lorsque vient la lumière, ces nuances ne peuvent pas être imaginaires. Elles doivent être vraies. Si elles ne sont pas réelles, leur reflet ne sera pas là.
Beaucoup de gens disent : « Bien sûr, j’ai ressenti la paix. » Cela revient à dire : « Je n’ai pas besoin de manger aujourd’hui, j’ai mangé la semaine dernière. » Voila ce que je veux dire. Les gens croient que c’est comme ça. On ressent la paix une fois dans sa vie et ça suffit. C’est faux. On a besoin de ressentir la paix chaque jour de sa vie. Voila le genre de paix dont vous avez besoin.
Vous avez une possibilité extraordinaire. Cette possibilité extraordinaire est de refléter la couleur de l’infini. Oubliez les verts, bleus et jaunes. Ils sont à la mode et passent de mode.
Si vous devez refléter une couleur, reflétez la couleur de l’infini. Quelle est cette couleur ? Cette couleur a les teintes délicates de la paix. Cette couleur a les nuances de la satisfaction. Non pas de l’ignorance, mais de la Connaissance. Pas des questions, mais des réponses.

Savourez chaque pas

Dites-moi, voyageur, savez-vous vraiment où vous allez, avez-vous une idée précise de ce dont vous allez avoir besoin ? Ou bien une vague idée ? Car un jour ce bagage deviendra non pas un atout mais un handicap. Vous ne pourrez plus le soulever ; et vous ne pourrez pas le laisser derrière vous.

C’est ce qui arrive. La liberté est là. Elle n’a pas besoin d’être créée. Cela vient du fardeau que nous avons placé nous-même sur nos épaules, personne d’autre ne l’a placé là, c’est nous. Ce sont les choses qui nous perdent sur le chemin de la vie.
Cette route est-elle droite ? Est-elle accidentée ? Quel genre de route est la vie ? Permettez-moi de vous le dire. Elle est indubitablement accidentée à certains endroits ; et d’autres sont rectilignes. Et à certains endroits il y a une agréable pente douce, à d’autres, la pente est bien trop raide. Glissante. Et non, n’emportez pas 10 paires de chaussures ; ce n’est pas souhaitable.

Marchez. Et dans la marche, la clé n’est pas à quelle rapidité on marche, la clé n’est pas de mesurer la distance encore à parcourir, et pas le nombre de kilomètres parcourus. La clé de cette marche est de savourer chaque pas. Pas un, ni deux, ni trois, vous devez savourer chaque pas !
Chaque instant doit être savouré.

Prem Rawat