Question de volonté ?

Prem Rawat parle des besoins fondamentaux. Quand vous avez faim,  vous ne pouvez pas vous contenter de dire, « je n’ai pas faim, je n’ai pas faim, je n’ai pas faim. » Vous pouvez dire, « oh, c’est une question de volonté. » Mais pas pour les bases, pas pour les choses qui sont vraiment importantes. 

La chose la plus importante que je puisse accomplir est de vous faire réfléchir, discerner ce qui vous a été donné, et vous faire penser à la possibilité d’être en paix dans la vie.

Par certains côtés, nous sommes très semblables. En tant qu’êtres humain, nous avons un besoin. Ce n’est pas un besoin créé par la société ou par la religion. C’est un besoin fondamental d’être accompli, d’être en paix. Il est facile de brandir le mot «  paix. »

Mais qu’est-ce que la paix ? Est-ce juste entendre des clochettes tintinnabuler dans le vent ? Pas de circulation ? Pas de trafic aérien ou ferroviaire ?

Déstabiliser

Pour certaines personnes, c’est exactement ce que paix signifie. Et il est triste que la pollution sonore externe devienne si irritante que lorsque son absence se fait sentir, nous l’appelons ça « la paix. »

Ou bien la paix est-elle une sensation ? Une sensation indéniable qui n’est pas née de la pensée. Tout ce qui nous arrive naît de la pensée. Nous recevons une bonne nouvelle, « tout va bien pour moi. » Nous recevons une mauvaise nouvelle, « pourquoi est-ce que ça m’arrive ? » Il ne faut pas grand-chose pour nous déstabiliser. Ça arrive quand nous sommes pris dans la circulation et que quelqu’un nous klaxonne. Même si on klaxonne quelqu’un d’autre, ça nous irrite, « qu’est-ce qui lui prend de me klaxonner ? » L’un de vos enfants vous annonce, « j’ai échoué, » et cela vous contrarie. Alors est-ce que la paix c’est ne pas être contrarié ? Il est tristement vrai que certaines personnes pensent que lorsqu’on n’est pas contrarié on doit être en paix. Et bien, il y a des gens dans un état végétatif, et rien ne les contrarie. Alors, qu’est-ce que la paix ?

Une chose qui ne naît pas de la pensée, elle est ressentie. Une chose qui réside dans l’océan des réponses, pas dans l’océan des questions. Nous avons appris à tout remettre en question, mais pas encore appris à accepter la réponse. Votre vie. Votre être. Que signifie être ici, être en vie ? Les gens lisent. Je ne suis pas contre les livres. L’un des murs de mon bureau est couvert de livres. Mais pourquoi est-ce que je me tourne vers les livres ? Peuvent-ils réellement me fournir cette réponse ? Un livre peut-il vraiment satisfaire ma faim ? Il y a de beaux livres illustrés de scènes aquatiques. Est-ce que cela peut étancher ma soif ? On ne peut pas se contenter de dire : « Je n’ai pas faim, je n’ai pas faim. » L’autre jour, je me suis levé tôt, j’ai pris un petit-déjeuner léger, ensuite je suis parti faire une conférence. Et mon estomac gargouillait. Je me disais, « tu n’as pas faim, tu n’as pas faim… » mais ça ne l’a pas arrêté. On peut dire, « oh, c’est une question de volonté. » Mais pas pour les bases, pas pour les choses qui sont vraiment importantes.

Un jour mon père est allé dans un endroit où il y avait de nombreux saints hommes. L’un d’entre eux se tenait sur une jambe et priait Dieu. Il y avait une pancarte disant qu’il se tenait sur une jambe sans parler depuis de nombreuses semaines. Mon père s’est planté devant lui et a dit : « Oh Seigneur, pourquoi lui avez-vous donné une seconde jambe ? Il ne s’en sert pas. Et pourquoi lui avez-vous donné une bouche ? Il ne s’en sert pas non plus. » Cet homme en fut si outré qu’il dit : « Comment osez-vous dire ça ! » Et la deuxième jambe redescendit. Alors ! Qu’est-ce que la paix ? Je ne peux pas vous le dire. J’ai ressenti la paix, et je peux la ressentir chaque jour, mais le ne peux pas vous expliquer ce ressenti. Tout comme je ne peux pas vous expliquer le goût du sucre. Si vous voulez savoir ce que je goûte, vous allez devoir le goûter aussi. Alors, et alors seulement vous comprendrez de quoi je parle.

La vie est un cadeau. Je veux la comprendre aussi clairement que possible avant de perdre la capacité de la comprendre. Je veux savoir ce qu’est ce miracle. Un miracle exige l’œil apte à le contempler – une personne qui comprend réellement ce qu’est un miracle. Le miracle le plus extraordinaire est le va et vient du souffle. De nulle part, il arrive, et nulle part, il va. De ce souffle vient le cadeau de la vie. Et la vie rend tous les autres miracles possibles. Vous pouvez être. Vous pouvez admirer. Vous pouvez être reconnaissant d’exister. Vous pouvez ressentir et donner de la bonté. Savoir dans la vie que tout va bien. Nous ne pensons à cela que dans les périodes à problèmes. Savez-vous que tout va bien pour vous ? Est toujours allé bien et ira toujours bien. Nous vivons dans un monde de peurs. Mais il a une chose en vous dont vous ne devriez pas avoir peur, et c’est l’aptitude de prendre plaisir à cette vie, d’apprécier cette vie.

Prem Rawat

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s