La paix est le parfum de Dieu

Quand Dieu est proche de vous, vous percevez son parfum. Et c’est un parfum raffiné, il est merveilleux. Les sens dansent et la vie, en cet instant devient complète. Ce bel arôme, ce merveilleux parfum est ce que le cœur désire.

Parfumb

Je me déplace beaucoup, et ce dont je parle, c’est la paix. L’autre jour je réfléchissais: « Qu’est-ce que la paix ? » Ensuite j’ai compris quelque chose : La paix est le parfum de Dieu. Quand Dieu est proche de vous, vous percevez son parfum. Et c’est un parfum raffiné, il est merveilleux. Les sens dansent, et la vie en cet instant devient complète. Ce bel arôme, ce merveilleux parfum est ce que le cœur désire – encore, encore et encore. La paix et l’amour sont surprenants. Plus on en a, plus on en veut. On ne peut pas se satisfaire en disant, « j’ai ressenti l’amour une fois, alors ça suffit. »

Maintenant, puisque j’ai parlé du parfum, laissez-moi vous dire une chose à propos de Dieu. Quelqu’un me faisait part du nombre de religions qui existent et m’a demandé si cela posait un problème. J’ai répondu, « excusez-moi, mais Dieu n’est pas le problème. Les définitions de Dieu, elles, sont problématiques. » Regardez les fleurs qui poussent dans le jardin. C’est ce que vous êtes. Si vous désirez la paix dans votre vie, ce n’est pas par hasard. Si la plénitude est une nécessité dans votre vie, ce n’est pas par hasard.

Je sais que certains demandent : « Comment pourrait-il y avoir la paix ? » Est-ce que vous avez le choix ? Ce dont je parle est réel. C’est viable, et peut durer dans un avenir prévisible. On appelle ça la paix. La guerre n’est pas un choix viable, et elle n’est pas prévisible, parce que si les gens continuent à se battre il ne restera qu’une seule personne – une seule. Et c’est parce que cette personne se cachait. Alors quelle est cette paix dont je parle ? Quelle est cette plénitude dont je parle ? La paix dont je parle est la paix qui réside en vous, qui réside dans votre cœur. La réalité de votre existence n’est pas ce vous croyez qu’elle est.

Certains ont déclaré: « Ce corps est poussière. Et il retournera à la poussière. » Je sais que personne n’aime penser en ces termes. Je n’aime pas ça non plus. Mais cela me remet à ma place. Voyez-vous, je comprends une chose : Il ne s’agit pas de moi. Il ne s’agit pas de mes idées. Je veux être la voix des milliards de personnes silencieuses qui prient, à leur façon, chaque jour et espèrent – espèrent et espèrent en silence qu’un jour il y aura la paix sur terre. Le jour où vous commencerez à accepter la douce réalité de votre existence – je souligne la douce réalité de votre existence – est le jour où vous comprendrez l’importance de la paix. Ce jour-là vous commencerez à comprendre la simplicité d’être en vie. Ce jour-là vous comprendrez de quoi il s’agit.

Vous comprenez la valeur de l’argent, et vous la comprenez plus que jamais aujourd’hui qu’il y en a moins. Quand comprendrez-vous la valeur du souffle ? Comment se fait-il que nous ne comprenions la valeur d’une personne que lorsqu’elle s’en va ? Pourquoi ne comprenons-nous la valeur du souffle que lorsque nous n’arrivons plus à le prendre ? Quelle est la valeur du souffle ? La valeur du souffle est que c’est lui qui vous permet d’être vous et non pas de la poussière. Est-ce que c’est précieux ? Oui ! Et qu’est-ce que c’est ? C’est un cadeau. Un cadeau de qui ? Un cadeau de Dieu – celui qui ne peut pas être défini. Ce Dieu-là. Alors voici la question que je vous pose : Le souffle est un cadeau de Dieu. Dans ce souffle, avez-vous senti le parfum de Dieu ? Le désirez-vous – percevoir dans ce souffle la présence de la paix ? Sentir ce cœur se réjouir ? Voir avec la simplicité d’un enfant ? Comprendre – non pas la question, mais la réponse ?

Ce que vous cherchez est, et a toujours été en vous – pas en quelqu’un d’autre. Ce que je dis n’est pas tiré d’un livre, cela vient de mon cœur. Et cela ne s’adresse pas à votre intellect, c’est pour votre cœur. Si vous voulez en savoir plus, vous le pouvez. Si vous voulez trouver la paix que j’ai trouvée, vous le pouvez. C’est très simple. Quand l’obscurité descend, allumez la lampe. Ce n’est pas sorcier n’est-ce pas ? Seulement vous devez savoir où est la lampe et comment l’allumer pendant qu’il fait encore jour.

Soyez immobile, soyez immobile et vous comprendrez,
parce qu’en plus de tous les mouvements du monde, il y a aussi une immobilité sublime en vous.

Soyez

Vous n’avez pas besoin de renoncer à quoi que ce soit. Vous n’avez pas à renoncer à votre religion, à votre famille ou à votre travail pour trouver la paix intérieure. Elle est déjà en vous.

Vous brulez de l’encens pour que votre maison sente bon. Il y a un autre encens qui brûle déjà dans cette maison. Sentez-le. C’est le parfum de Dieu. Et soyez heureux.

Prem Rawat

Publicités