Au-delà de toute description

Je pose souvent cette question : «  Est-ce que la lumière connaît l’obscurité et est-ce que l’obscurité connaît la lumière ? »  C’est une question très intéressante parce qu’on se demande peut-être : « N’y a-t-il pas un point où les deux se rencontrent ? » Réfléchissez.  La lumière connaît-elle l’obscurité ? Elles ne se sont jamais rencontrées. Le pourront-elles jamais ? Je ne crois pas, parce que leur nature est si fondamentalement différente.

C’est la même chose dans le monde du cœur. Certains principes guident et gouvernent le cœur et d’autres principes guident et gouvernent l’intellect. Les deux se connaissent-ils ? Je ne pense pas car leur nature est si fondamentalement différente. Les uns ne reposent pas sur « ressentir » et « comprendre, » les autres, si. Une partie de vous peut, à la simple lecture d’une recette, dire « c’est bon ». Mais dans votre nature, c’est seulement quand la nourriture est entrée en contact votre langue et que l’arôme a atteint votre nez, que vous direz : « Hum, c’est bon ! » Pour une partie de vous, la description est suffisante, pour l’autre il faut quelque chose de réel. Et alors seulement, c’est accepté. Dans cette partie de vous qui appartient au royaume du réel, réside une chose merveilleuse appelée le cœur. Dans le royaume du cœur, la description n’a aucun sens. Imaginez que vous ayez acheté une maison et qu’en faisant le ménage, vous ayez vu dans un coin briller un diamant. Vous le ramassez et votre 1ère réaction va être : « je parie qu’il est faux. » Mais si dans le coin vous avez une magnifique boîte avec un faux diamant à l’intérieur, votre 1èreréaction sera : « je parie que c’est un vrai ».

N’êtes-vous pas curieux de savoir quelle est la partie de vous qui gouverne votre vie ? Les deux font partie de vous, aucun doute là-dessus. Quelle est la partie qui prend les décisions pour vous ? C’est une question toute simple mais elle a des conséquences extrêmement significatives. Je ne parle pas des décisions en terme de nourriture, de choix de film, de vêtements à acheter ni même de mariage. Je parle des décisions qui sont vraiment importantes pour vous. Le cœur est incapable de prendre des décisions dans un monde de faux-semblants ; il ne les comprend pas. La tête est tout à fait capable de prendre des décisions dans ce monde-là. Elle les comprend parce qu’elle les a créées. « Nous avons besoin de ceci, nous avons besoin de ceci, nous avons besoin de ceci… » Notre tête a rendu la situation du monde confuse. Mais dans le royaume du cœur il n’y a aucune confusion. Il n’y en a jamais eu, il n’y en aura jamais. Dans le royaume du cœur, il y a une seule chose : être comblé. Trouver la joie, trouver cette sensation, pas une description de la sensation.

Ressentez

Ce dont je parle n’appartient pas aux dogmes, aux théories, aux descriptions, aux explications. Je parle de trouver la joie dans votre vie. Pas seulement une fois mais d’avoir cette joie à votre disposition, chaque jour, pour le reste de votre vie. C’est tout. Si vous cherchez des descriptions, des explications, des règles, quelque chose en quoi croire, vous ne les trouverez pas ici, parce ce qu’il s’agit ici du royaume du cœur. Dans le royaume du cœur, il s’agit de savoir. Savoir – pas d’avoir confiance. Avancer dans la clarté, pas dans le doute. Les gens disent : « Ayez confiance et vous surmonterez le doute. » Moi je dis : « Ayez la clarté, c’est ce qui surmontera le doute. » Lequel des deux ? La confiance ou la clarté ? La clarté. Pas simplement : « j’espère, je souhaite, je prie ». Mais « j’avancerai avec clarté, pas avec des souhaits ».

La joie que vous cherchez existe déjà dans le cœur, tout ce que vous avez à faire est de vous éveiller à cette possibilité. Comprenez, ressentez. Comprenez-vous qui vous êtes ? Vous êtes conscient et parce que vous êtes conscient, vous pouvez ressentir l’infini. Et quand vous le faites, la joie arrive, la vraie joie. Pas la joie de « Joyeux anniversaire », pas la joie de devenir père ou mère, pas la joie d’un diplôme ou la joie de trouver du travail. C’est la joie qui vient quand la conscience fait l’expérience de la beauté à l’intérieur, cette joie-là. La joie d’être comblé. Alors, tant que vous avez cette conscience, ressentez la joie dans votre vie. C’est ce que vous êtes. Acceptez la clarté dans votre cœur. Accordez un peu d’attention à cet autre monde qui fait aussi partie de vous – le monde du cœur, le monde où vous savez, le monde de la clarté, le monde de la simplicité. Je vous garantis que vous vous sentirez bien, un bien-être qui ne peut être décrit par des mots.
Puis faites chaque pas avec clarté et assurance. Chaque jour parmi tout ce que vous pouvez faire, vous pouvez aussi être comblé.

Prem Rawat

Publicités

La compagnie de la clarté

Si je garde la compagnie de la clarté, je commencerai à développer les qualités de la clarté, si je veux sentir le merveilleux parfum de la compréhension, je dois garder la compagnie de la compréhension. Restez en bonne compagnie, et vous baignerez dans leurs qualités. » Un saint homme indien avait l’habitude de parler de la façon dont tous les arbres qui poussent près du bois de santal commencent à prendre l’odeur du santal. Bien qu’ils ne soient pas de la même espèce, en grandissant ils acquièrent progressivement l’odeur du santal. Est-il donc possible pour moi, si je reste dans la compagnie de cette chose si belle, d’en développer les qualités ? Oui. Voilà ce que veux dire cette analogie. Si je consens à garder la compagnie de l’ignorance, alors moi aussi je prendrai les caractéristiques de l’ignorance. Mais si je suis en compagnie de la clarté, moi aussi je vais commencer à développer les caractéristiques, les qualités de la clarté. Si je veux avoir le merveilleux parfum de la compréhension, je dois rester en compagnie de la compréhension. S’il y a la moindre possibilité, si c’est un tout petit peu vrai – quelle possibilité existe dans ma vie !
Kabir, un autre Saint homme du 15e siècle dit : « Nous sommes comme un linge qui est lavé avec le savon de la clarté, encore et encore, jusqu’à ce qu’il commence à scintiller. Vous devez étinceler, vous devez briller de tous vos feux. Parce que c’est votre potentiel. » Vous n’êtes pas le santal et vous ne deviendrez pas santal. Mais êtes-vous capable de développer les caractéristiques, l’arôme, l’arôme tellement, tellement merveilleux du bois de santal ?  Oui. Là réside l’espoir. Des gens m’écrivent de partout dans le monde. Beaucoup sont dans des situations difficiles. Certains d’entre eux sont en prison, parfois condamnés à vie. Mon message leur parvient et c’est une dynamique incroyable.Quel espoir peuvent-ils bien avoir ? Pourtant même dans cette situation où il y a si peu d’espoir, ils sont en quête d’espoir. Ils cherchent la joie. Ils cherchent la clarté ! Nous nous activons à tant de choses, nous faisons tant de choses que nous croyons importantes. Mais écoutez l’être humain que vous êtes. Quel est votre besoin ? Votre besoin le plus réel est d’être satisfait.

Clarté

Nous avançons sur la route de la vie et nous disons : « Oh, j’ai besoin de ça, j’ai besoin de ça. » Certains de ces désirs sont nôtres, d’autres sont ce que les gens disent : « Voilà ce dont vous avez besoin, voilà ce dont vous avez besoin, et vous avez besoin de ceci, besoin de cela. » J’ai vu des gens s’enthousiasmer pour des beignets, les croustillants à la crème » ! J’ai entendu dire que la pâtisserie dont c’est la spécialité a une lumière qui s’allume quand les beignets viennent de sortir du four. Et qu’en fait, les gens qui connaissent le magasin ralentissent pour voir si la lumière s’allume. Si oui, et quoi qu’ils fassent, ils s’arrêtent et en achètent un pour satisfaire leur envie de se régaler. C’est tentant. Parfois l’idée m’effleure, « hum, je devrais peut-être goûter ce beignet « croustillant à la crème. » Ensuite je me dis : « Je ne veux pas. » Est-ce important ? Non !

Mais tout dans ce voyage de la vie est important : Ce qui m’appartient, ce qui ne m’appartient pas ; ce que je sais et ce que je crois. Ma soif et la soif qui a été surajoutée.  C’est un vaste sujet. Notre façon de parler, notre façon de penser, notre façon de concevoir les choses dans ce monde, est directement influencée par la société qui nous entoure, pas par nous. Mais quelle est la vraie soif ? Qui êtes-vous ? N’êtes-vous qu’une marionnette faite avec le papier mâché des concepts ? Une couche de papier, puis une autre, puis une autre ? Ou bien êtes-vous plus que cela ? Priez Dieu que la réponse soit « oui »,car si c’est « non »,mon Dieu, les difficultés arrivent. Nous avons des ennuis. La bonne nouvelle c’est qu’il y a une soif en chacun d’entre nous. Et vous n’en êtes peut-être pas conscients, mais dans le fond, vous le savez.

Restez en bonne compagnie, et vous en développerez, en absorberez les particularités. Restez en compagnie de la lumière, et vous commencerez à rayonner comme cette lumière. C’est la transformation d’un être humain qui devient réellement un « être. » Un « être » authentique. Simple. Conscient de l’existence. Il y a en vous une beauté avec laquelle vous pouvez être relié pendant le restant de vos jours. Elle n’a pas d’âge. Elle est intemporelle, belle, simple. Il existe peu de choses comme celle-ci au monde. Si vous voulez garder sa compagnie, je peux vous aider.

Prem Rawat