Au-delà de toute description

Je pose souvent cette question : «  Est-ce que la lumière connaît l’obscurité et est-ce que l’obscurité connaît la lumière ? »  C’est une question très intéressante parce qu’on se demande peut-être : « N’y a-t-il pas un point où les deux se rencontrent ? » Réfléchissez.  La lumière connaît-elle l’obscurité ? Elles ne se sont jamais rencontrées. Le pourront-elles jamais ? Je ne crois pas, parce que leur nature est si fondamentalement différente.

C’est la même chose dans le monde du cœur. Certains principes guident et gouvernent le cœur et d’autres principes guident et gouvernent l’intellect. Les deux se connaissent-ils ? Je ne pense pas car leur nature est si fondamentalement différente. Les uns ne reposent pas sur « ressentir » et « comprendre, » les autres, si. Une partie de vous peut, à la simple lecture d’une recette, dire « c’est bon ». Mais dans votre nature, c’est seulement quand la nourriture est entrée en contact votre langue et que l’arôme a atteint votre nez, que vous direz : « Hum, c’est bon ! » Pour une partie de vous, la description est suffisante, pour l’autre il faut quelque chose de réel. Et alors seulement, c’est accepté. Dans cette partie de vous qui appartient au royaume du réel, réside une chose merveilleuse appelée le cœur. Dans le royaume du cœur, la description n’a aucun sens. Imaginez que vous ayez acheté une maison et qu’en faisant le ménage, vous ayez vu dans un coin briller un diamant. Vous le ramassez et votre 1ère réaction va être : « je parie qu’il est faux. » Mais si dans le coin vous avez une magnifique boîte avec un faux diamant à l’intérieur, votre 1èreréaction sera : « je parie que c’est un vrai ».

N’êtes-vous pas curieux de savoir quelle est la partie de vous qui gouverne votre vie ? Les deux font partie de vous, aucun doute là-dessus. Quelle est la partie qui prend les décisions pour vous ? C’est une question toute simple mais elle a des conséquences extrêmement significatives. Je ne parle pas des décisions en terme de nourriture, de choix de film, de vêtements à acheter ni même de mariage. Je parle des décisions qui sont vraiment importantes pour vous. Le cœur est incapable de prendre des décisions dans un monde de faux-semblants ; il ne les comprend pas. La tête est tout à fait capable de prendre des décisions dans ce monde-là. Elle les comprend parce qu’elle les a créées. « Nous avons besoin de ceci, nous avons besoin de ceci, nous avons besoin de ceci… » Notre tête a rendu la situation du monde confuse. Mais dans le royaume du cœur il n’y a aucune confusion. Il n’y en a jamais eu, il n’y en aura jamais. Dans le royaume du cœur, il y a une seule chose : être comblé. Trouver la joie, trouver cette sensation, pas une description de la sensation.

Ressentez

Ce dont je parle n’appartient pas aux dogmes, aux théories, aux descriptions, aux explications. Je parle de trouver la joie dans votre vie. Pas seulement une fois mais d’avoir cette joie à votre disposition, chaque jour, pour le reste de votre vie. C’est tout. Si vous cherchez des descriptions, des explications, des règles, quelque chose en quoi croire, vous ne les trouverez pas ici, parce ce qu’il s’agit ici du royaume du cœur. Dans le royaume du cœur, il s’agit de savoir. Savoir – pas d’avoir confiance. Avancer dans la clarté, pas dans le doute. Les gens disent : « Ayez confiance et vous surmonterez le doute. » Moi je dis : « Ayez la clarté, c’est ce qui surmontera le doute. » Lequel des deux ? La confiance ou la clarté ? La clarté. Pas simplement : « j’espère, je souhaite, je prie ». Mais « j’avancerai avec clarté, pas avec des souhaits ».

La joie que vous cherchez existe déjà dans le cœur, tout ce que vous avez à faire est de vous éveiller à cette possibilité. Comprenez, ressentez. Comprenez-vous qui vous êtes ? Vous êtes conscient et parce que vous êtes conscient, vous pouvez ressentir l’infini. Et quand vous le faites, la joie arrive, la vraie joie. Pas la joie de « Joyeux anniversaire », pas la joie de devenir père ou mère, pas la joie d’un diplôme ou la joie de trouver du travail. C’est la joie qui vient quand la conscience fait l’expérience de la beauté à l’intérieur, cette joie-là. La joie d’être comblé. Alors, tant que vous avez cette conscience, ressentez la joie dans votre vie. C’est ce que vous êtes. Acceptez la clarté dans votre cœur. Accordez un peu d’attention à cet autre monde qui fait aussi partie de vous – le monde du cœur, le monde où vous savez, le monde de la clarté, le monde de la simplicité. Je vous garantis que vous vous sentirez bien, un bien-être qui ne peut être décrit par des mots.
Puis faites chaque pas avec clarté et assurance. Chaque jour parmi tout ce que vous pouvez faire, vous pouvez aussi être comblé.

Prem Rawat

Publicités

Décisions

Quand on lui demande s’il vaut mieux se servir du cœur ou de la tête pour prendre une décision capitale, Prem Rawat répond : « La meilleure décision ne peut être prise que par un individu calme et pondéré. Le calme ne surgit pas de la tête, il ne provient que d’un seul endroit – l’intérieur de vous. »

On m’a récemment posé une question très pertinente : « Quand la vie nous place devant d’importants défis et que des décisions doivent être prises – certaines cruciales, d’autres moins – comment savoir quoi écouter ? Faut-il se tourner vers le cœur ou utiliser son intellect pour savoir ce qui est bon ou mauvais ? »
Ma réponse fut : « Nous devons commencer par comprendre une chose dans la vie quand des incidents se produisent et que des choses nous arrivent.
Des choses pénibles se produisent, c’est un fait. Parfois cela dégénère vraiment et nous nous demandons : « Pourquoi est-ce que ça m’arrive ? »
Le meilleur moyen de prendre une décision sur la façon de s’en sortir ne peut être prise que par une personne calme et pondérée, pas par quelqu’un qui s’affole. Pas en laissant le choix au hasard : « Bon, on joue à pile ou face. »
Qu’est-ce que le calme ? Imaginez un étang où vous voyez votre reflet. Si vous y lancer un caillou, vous verrez des ondulations, mais plus votre reflet. Les vaguelettes sont là mais le reflet ne l’est plus. Quand l’étang est immobile, les ondulations ont disparu et le reflet réapparait. Vous devez être calme pour voir les choses clairement.
Aller en soi, être calme, est le meilleur moyen à votre portée d’être dans la position de neutralité requise pour voir la situation dans son entier et pas seulement un tas de petites vagues, parce que les vagues ne vous permettront pas de voir la situation telle qu’elle est vraiment.
En tant que pilote, je dois assister à un cours de remise à niveau et entrer dans un simulateur tous les six mois. Et là, bien sûr des incidents se produisent. Quand on perd un moteur, il faut être très calme. Il ne faut pas commencer à appuyer sur tous les boutons et faire un tas de choses.
Il faut juste rester calme et réfléchir : « Qu’est-ce que je dois faire dans l’immédiat ? Examinons-la « check liste, » et relançons le moteur. »
Quand nous sommes déstabilisés ou pressés, nous perdons de vue la priorité majeure. J’ai vu une maman dans une galerie marchande bondée portant des paquets et son enfant qui appelait, « maman aide-moi. »  Et on sait que la mère est frustrée, « si je laisse tomber mes paquets, on va me les voler. » Oui, mais si quelqu’un vole son enfant, ce sera bien pire. Quelle est la priorité ?
Alors, dans la vie, quelle est votre priorité ? Peu importe le problème – que telle ou telle chose doive le résoudre, il est important d’être calme. Le calme ne surgit pas de la tête. Il ne provient que d’un seul endroit – l’intérieur de vous.

Ce calme peut me donner le temps de comprendre : « Fais ceci et cela, car c’est prioritaire. » Pendant mes remises à niveau, quand nous montons à bord de l’avion, les instructeurs nous décochent des choses  carrément absurdes –  comme les deux réacteurs en panne. Quelle est ma priorité ? Rester en vie !
Avez-vous déjà vu des gens qui conduisent sur l’autoroute et réalisent qu’ils vont rater leur sortie ? Soudain –  « vlan ! » Ils ont oublié leur priorité. Vous raterez peut-être votre sortie d’autoroute, mais restez prudents. Allez jusqu’à la sortie suivante, faites demi-tour et repartez en sens inverse, au lieu de vous déporter et de traverser les voies pour atteindre la bretelle de sortie.

Le calme vient du cœur. Cet intellect sera toujours incapable de calme. Il vous rendra fou – comme une balle de ping-pong. « Si tu fais ça, il arrivera ça, mais ensuite si cela arrive… » Qu’est-ce qui est important ?

C’est du calme que l’on peut isoler la priorité, pas du trouble.

Calme-

La tête est très forte pour la confusion. Et ce cœur est très fort pour le calme. Commencez ici, décidez-vous ensuite.

Prem Rawat