Au-delà de toute description

Je pose souvent cette question : «  Est-ce que la lumière connaît l’obscurité et est-ce que l’obscurité connaît la lumière ? »  C’est une question très intéressante parce qu’on se demande peut-être : « N’y a-t-il pas un point où les deux se rencontrent ? » Réfléchissez.  La lumière connaît-elle l’obscurité ? Elles ne se sont jamais rencontrées. Le pourront-elles jamais ? Je ne crois pas, parce que leur nature est si fondamentalement différente.

C’est la même chose dans le monde du cœur. Certains principes guident et gouvernent le cœur et d’autres principes guident et gouvernent l’intellect. Les deux se connaissent-ils ? Je ne pense pas car leur nature est si fondamentalement différente. Les uns ne reposent pas sur « ressentir » et « comprendre, » les autres, si. Une partie de vous peut, à la simple lecture d’une recette, dire « c’est bon ». Mais dans votre nature, c’est seulement quand la nourriture est entrée en contact votre langue et que l’arôme a atteint votre nez, que vous direz : « Hum, c’est bon ! » Pour une partie de vous, la description est suffisante, pour l’autre il faut quelque chose de réel. Et alors seulement, c’est accepté. Dans cette partie de vous qui appartient au royaume du réel, réside une chose merveilleuse appelée le cœur. Dans le royaume du cœur, la description n’a aucun sens. Imaginez que vous ayez acheté une maison et qu’en faisant le ménage, vous ayez vu dans un coin briller un diamant. Vous le ramassez et votre 1ère réaction va être : « je parie qu’il est faux. » Mais si dans le coin vous avez une magnifique boîte avec un faux diamant à l’intérieur, votre 1èreréaction sera : « je parie que c’est un vrai ».

N’êtes-vous pas curieux de savoir quelle est la partie de vous qui gouverne votre vie ? Les deux font partie de vous, aucun doute là-dessus. Quelle est la partie qui prend les décisions pour vous ? C’est une question toute simple mais elle a des conséquences extrêmement significatives. Je ne parle pas des décisions en terme de nourriture, de choix de film, de vêtements à acheter ni même de mariage. Je parle des décisions qui sont vraiment importantes pour vous. Le cœur est incapable de prendre des décisions dans un monde de faux-semblants ; il ne les comprend pas. La tête est tout à fait capable de prendre des décisions dans ce monde-là. Elle les comprend parce qu’elle les a créées. « Nous avons besoin de ceci, nous avons besoin de ceci, nous avons besoin de ceci… » Notre tête a rendu la situation du monde confuse. Mais dans le royaume du cœur il n’y a aucune confusion. Il n’y en a jamais eu, il n’y en aura jamais. Dans le royaume du cœur, il y a une seule chose : être comblé. Trouver la joie, trouver cette sensation, pas une description de la sensation.

Ressentez

Ce dont je parle n’appartient pas aux dogmes, aux théories, aux descriptions, aux explications. Je parle de trouver la joie dans votre vie. Pas seulement une fois mais d’avoir cette joie à votre disposition, chaque jour, pour le reste de votre vie. C’est tout. Si vous cherchez des descriptions, des explications, des règles, quelque chose en quoi croire, vous ne les trouverez pas ici, parce ce qu’il s’agit ici du royaume du cœur. Dans le royaume du cœur, il s’agit de savoir. Savoir – pas d’avoir confiance. Avancer dans la clarté, pas dans le doute. Les gens disent : « Ayez confiance et vous surmonterez le doute. » Moi je dis : « Ayez la clarté, c’est ce qui surmontera le doute. » Lequel des deux ? La confiance ou la clarté ? La clarté. Pas simplement : « j’espère, je souhaite, je prie ». Mais « j’avancerai avec clarté, pas avec des souhaits ».

La joie que vous cherchez existe déjà dans le cœur, tout ce que vous avez à faire est de vous éveiller à cette possibilité. Comprenez, ressentez. Comprenez-vous qui vous êtes ? Vous êtes conscient et parce que vous êtes conscient, vous pouvez ressentir l’infini. Et quand vous le faites, la joie arrive, la vraie joie. Pas la joie de « Joyeux anniversaire », pas la joie de devenir père ou mère, pas la joie d’un diplôme ou la joie de trouver du travail. C’est la joie qui vient quand la conscience fait l’expérience de la beauté à l’intérieur, cette joie-là. La joie d’être comblé. Alors, tant que vous avez cette conscience, ressentez la joie dans votre vie. C’est ce que vous êtes. Acceptez la clarté dans votre cœur. Accordez un peu d’attention à cet autre monde qui fait aussi partie de vous – le monde du cœur, le monde où vous savez, le monde de la clarté, le monde de la simplicité. Je vous garantis que vous vous sentirez bien, un bien-être qui ne peut être décrit par des mots.
Puis faites chaque pas avec clarté et assurance. Chaque jour parmi tout ce que vous pouvez faire, vous pouvez aussi être comblé.

Prem Rawat

Refléter

« Quand la lumière tombe sur nous, ce que nous en absorbons et particulièrement ce que nous en reflétons nous donne une couleur . Que voulez-vous refléter ?
Voulez-vous refléter la paix, la satisfaction ? Voulez-vous ressentir la joie ? »

Quelle est la nature de la lumière ? Nous savons tous qu’à l’arrivée de la lumière, l’obscurité doit s’en aller. Elle s’en va. La lumière est la seule chose qui puisse chasser l’obscurité. Mais ce n’est pas l’unique propriété de la lumière. Elle a une autre qualité. Ce sur quoi elle tombe, elle l’illumine. Et ce processus se manifeste par la réverbération. Chaque objet – chaque personne, les murs, le plafond, le tapis – a la propriété de refléter la lumière. Et quand c’est le cas, la lumière tombe sur vos yeux et vous permet de voir cet objet. Qu’est-ce que ça signifie pour nous en tant qu’être humain ? Cela signifie que lorsque la lumière tombe sur nous, ce que nous absorbons, et surtout ce que nous reflétons nous donne une couleur. C’est la couleur dont on nous percevra. Si vous absorbez tout et que vous reflétez la haine et que tout est sombre, pas de problème. Cependant si la lumière tombe sur vous et que vous reflétez la haine, elle deviendra visible. Si vous reflétez la paix, c’est elle qui deviendra visible. Une famille sait quand le père est en colère rien qu’en le regardant : « Oh la la, papa est en colère, disparaissons. »

Donc la question est : Que reflétez-vous ? Que voulez-vous refléter ?

Reflet

La couleur que vous reflétez est-elle : « Je sais tout ! » Je ne suis pas ici pour juger. Je ne suis pas ici pour dire, cette couleur est jolie ou cette couleur est laide. Je ne suis pas décorateur d’intérieur.

Quelqu’un m’a demandé un jour : « Comment décririez-vous ce que vous faites ? » J’ai répondu : « Je suis celui qui porte le miroir, je le tiens devant les gens en leur disant : Regardez-vous ; aimez-vous ce que vous voyez ? Super. Si vous n’aimez pas ce que vous voyez, vous pouvez peut-être arranger ça. C’est tout ce que je peux faire – porter le miroir. Certains ne veulent pas regarder dans le miroir. Beaucoup se sentent menacés au sujet de la paix parce qu’ils ne veulent pas que quelqu’un redéfinisse leur monde en leur disant ce qu’est la paix, ce qu’est la joie.

Je suis ici pour mettre l’accent sur certains faits très simples : C’est votre vie. Vous existez. Votre présence est temporaire, et cette terre est temporaire. Un jour, et ce n’est pas pour demain, elle n’existera plus. J’étais récemment sur une terrasse surplombant la ville. Il était tôt. On ne pouvait distinguer que la lumière dans les maisons. Tout semblait si paisible, pourtant des histoires incroyables se déroulent. Il y a des gens heureux ou malheureux, des gens qui se disputent ou veulent seulement dormir. Parmi ces lumières, de nouveaux espoirs prennent forme et des rêves sont brisés. Un drame derrière un voile d’une tranquillité si trompeuse. Un drame incroyable.

Donc vous avez l’aptitude de refléter. Que voulez-vous refléter ? Voulez-vous refléter la paix parce que vous ressentez la paix, la satisfaction parce que vous ressentez la satisfaction ? Aimeriez–vous avoir une nuance de gratitude ? Voulez-vous ressentir la joie ? Une joie authentique, une joie venue de votre for intérieur, une joie qui ne recherche pas de déclencheurs externes ? Ces teintes ne sont pas imaginaires. Elles doivent être vraies. Si elles ne sont pas réelles, leur reflet ne sera pas là.

Beaucoup de gens disent : « Oh mais j’ai déjà ressenti la paix. » Cela revient à dire : « Je n’ai pas besoin de manger aujourd’hui, j’ai mangé la semaine dernière. » Certains pensent que lorsqu’on a ressenti la paix une fois, ça suffit. Non. On a besoin de ressentir la paix chaque jour de sa vie. Voila la paix dont vous avez besoin.

Les gens vont près d’un lac et disent ; « C’est si calme. » Le calme n’est pas un attribut de la paix. Ils ont une définition de la paix et vont partout à sa recherche. Mais si vous cherchez la paix d’après une description, vous ne la trouverez jamais. Pourquoi ? Comment chercher une chose que l’on a déjà ? Le mot « recherche » suppose que vous l’avez perdue. Mais vous ne l’avez jamais perdue ; elle est en vous.

Vous avez une possibilité extraordinaire, la possibilité de refléter la couleur de l’infini qui est en vous. Oubliez les jaunes, bleus et verts. Si vous devez refléter une couleur, reflétez la couleur de l’infini. Cette couleur a des teintes de paix et des nuances de satisfaction. Pas de questions mais des réponses. Pas des idées, mais des réalités. Quand vous commencez à être rempli de la couleur de ce qui est en vous, vous brillez.

Aussi longtemps que vous vivez, la lumière brille. Vous devez briller aussi. C’est possible.

Prem Rawat