La graine de la bienveillance

Quand nous venons au monde, on nous donne à tous des graines. Bien sûr, c’est une métaphore. Pourtant c’est vrai, on nous donne des graines. Mais en fait l’opportunité réside dans ce que nous faisons de ces graines. Que sont ces graines ?

Et bien nous pouvons commencer par des choses très simples.
L’une d’entre elles peut être la graine de la bienveillance.

Graine

Et bien sûr il y a la graine de la colère, mais il y a aussi la graine de la bonté, de la bienveillance. Il y a la graine de l’amour, il y a la graine de la compréhension. Il y a la graine du doute et la graine de la confusion. Et la graine que vous avez plantée dans votre jardin, quelle qu’elle soit – le jardin de la vie, le jardin de l’existence – deviendra en fin de compte ce dont vous disposerez pour vous asseoir et vous reposer. Et la qualité de ce repos dépend directement du genre de graine que vous avez semée.

Chaque graine donnée a une qualité spécifique, elle a quelque chose à offrir. Mais quand elle est semée, quand elle germe, grandit et devient un arbre, celui-ci a des caractéristiques particulières, qui peuvent vous plaire ou vous déplaire.

Je ne suis pas ici pour juger, ni pour essayer de vous influencer sur le genre de graine que vous devriez avoir semée. Je pense qu’en me contentant de faire ressortir certaines des caractéristiques de ces graines, vous êtes capables de prendre les décisions vous-même.

Je crois que fondamentalement, en tant qu’êtres humains vous avez la faculté de choisir en toute clarté, de choisir ce qui vous sera le plus bénéfique.
Chacun d’entre nous porte en lui – ou elle – un besoin inné, et ce besoin n’est jamais imposé par le monde. C’est notre besoin, et il est fondamental à chaque être humain, fondamental. Nous avions ce besoin quand nous étions jeunes. C’est le besoin qui est resté là toute notre vie et sera là jusqu’à la fin.
C’est ce que nous sommes, cela fait partie de notre nature.

Prem Rawat

Publicités

Changer les choses

J’ai parcouru le monde de nombreuses fois pour parler de la paix. Et les gens me demandent : « comment la paix sera-t-elle possible ? » Je réponds, « peut-être avez-vous des dizaines de raisons à avancer pour que la paix ne soit pas possible : L’appât du gain, trop de gens ont faim. J’ai, quant à moi, 6 milliards 7 cent millions de raisons pour que règne la paix dans le monde – 6 milliards 7 cent millions étant approximativement la population sur terre. »
Je suis concerné au même titre que vous, j’ai la même quête que vous, le même rêve que vous. Et c’est nous, citoyens du monde, c’est nous qui pouvons changer les choses pour la paix sur terre.

Nous nous sommes assez reposés sur les institutions. Les institutions peuvent nous apporter la prospérité – des moyens de réussir extérieurement. Mais quand on en arrive à la sensation de paix intérieure, cela demeure notre responsabilité. Je suis allé de village en village. J’ai vu le pauvre, et j’ai vu le riche. Ce sont des divisions de société, le point de vue que l’on nous donne et qui déclare : « Regardez-moi, je suis riche, je suis pauvre, je suis grand, je suis petit. Je suis une femme, je suis un homme. Je suis instruit, je ne suis pas instruit. » Ces divisions ont poussé les gens à s’éloigner les uns des autres au lieu de les rassembler. Regardez l’état du monde. Il y a davantage de gens instruits aujourd’hui que jamais auparavant. Et regardez ce que cela nous apporte. Si la solution réside quelque part, elle est, et a toujours été en nous-mêmes. Il incombe aux êtres humains d’instaurer la paix, d’agir avec bienveillance les uns envers les autres.

DS

La paix et la quête de paix se poursuivront. Vous êtes les petites graines qui, en germant, perpétuent la cause de la paix dans le monde. Qu’est-ce que la paix ? Les gens pensent : « Si tout le monde mangeait à sa faim, alors le monde serait en paix. » Excusez-moi ! Qui crée la nourriture ? Les gens créent-ils la nourriture ? Non ! Nous pouvons semer les graines. La nature fait le travail. La nature fait pousser les arbres et les fruits. La nature a-elle des préjugés selon la langue que vous parlez ? La nature est-elle menée par les divisions que nous avons créées ? Non. Les populations du monde peuvent-elles être nourries ? Oui. Que faut-il pour cela ? La bienveillance.

Il y a un adage qui dit : « Si vous êtes fort, vous devriez être bienveillant. Si vous êtes intelligent, vous devriez être simple. Si vous êtes riche, vous devriez être humble. » C’est bien mon avis. La bonté – la bienveillance qui doit exister se trouve dans le cœur des gens, seulement, le scepticisme dissimule cette bienveillance. Certains disent : « Si on prenait soin de tous les enfants, il y aurait la paix. » Dieu prend soin de l’enfant pendant neuf mois dans l’utérus de sa mère. Ce n’est pas là que commence le problème. Il commence quand l’enfant vient au monde. Pendant neuf mois – nutriments, eau, sommeil – tout est parfaitement au point.

Je ne suis pas ici pour vous donner la paix. Je suis ici pour vous mettre en tête l’idée que la paix existe à l’intérieur de vous. Commencez à réfléchir, c’est tout. Celui qui a soif trouvera l’eau, parce qu’il a soif. Mais si la soif est absente, il pourrait être sur la rive d’un lac, cela n’aurait absolument aucune importance. Je dis : « Connaissons le rêve de notre cœur pour avoir cette eau pure et cristalline. » Non seulement chacun peut s’y désaltérer, mais aussi s’y baigner. Voilà le rêve ; voilà la possibilité. Pas à pas.

Des gens viennent me trouver et disent : « Donnez-moi la paix ! » Comment pourrais-je vous donner ce que vous avez déjà ? Vous avez la paix – en vous. L’opinion qui doit changer est : La paix est-elle une possibilité ou pas ? C’est ce dont vous devez décider. J’ai pris la décision pour moi-même. Oui, la paix est une possibilité. Les tambours de la paix résonnent sur terre depuis très, très longtemps. Votre force réside dans la compréhension de votre soif, votre besoin d’être dans la joie, de vivre dans le bonheur. Il y a en vous une dimension supérieure à tout ce que vous voyez à l’extérieur. Vous représentez davantage que la somme de toutes les difficultés qui se sont abattues dans votre vie. La paix est en vous, même dans la confusion, et vous pouvez ressentir cette paix. Cela commence avec la compréhension de votre soif de paix.

Prem Rawat