Une histoire simple

Je suis ici pour vous raconter une histoire simple. Cette histoire ne parle pas d’animaux, de rois ou de reines. Elle ne parle pas de la réalisation du rêve d’un individu. Cette histoire parle de vous et moi – pendant que nous existons, pendant que nous sommes en vie.

Ce n’est pas une histoire d’ambition, parce que les ambitions des gens dépendent largement de leur position dans le monde. Si une personne perd son enfant, elle ne priera pas pour de l’argent. Elle ne priera que pour une seule et unique chose: « Mon Dieu, je te supplie de faire que mon enfant me soit rendu. »

Si un médecin dit à quelqu’un : « Vous avez un cancer, vous allez mourir. » Quelle sera sa prière ? Va-t-il prier pour une instruction supérieure ? Va-t-il prier pour un autre enfant ? Non, il va dire : « Mon Dieu, fais en sorte que ce soit aussi peu douloureux que possible, ou bien fais disparaitre mon cancer. » Et si un individu se retrouve pauvre ? Il va prier pour de l’argent.

La situation dans laquelle nous sommes change radicalement notre point de vue quant à nos besoins, sur ce qu’est le monde, sur ce qu’est la religion, sur ce qu’est Dieu – sur tout.

Il y a pourtant une réalité : La réalité de votre vie. C’est la plus belle réalité qui soit. Que vous soyez riche ou pauvre, que voulez-vous en réalité ? Dans cette histoire, – cette histoire sur vous et moi, – nous avons une chance de réaliser notre véritable aspiration. Si nous voulons que cette histoire soit agréable, si nous voulons qu’elle finisse bien, c’est possible. La question devient donc : « Quel est votre vœu ? »

Savez-vous ce que vous voulez, ce que vous avez toujours voulu, ce que vous voudrez toujours ?

L’opinion des autres et vos propres besoins sont deux choses bien distinctes.
Si vous n’avez pas identifié votre propre besoin
– votre vœu – toutes les opinions du monde ne s’en préoccuperont pas.
Ce ne sont que des opinions. Que voulez-vous ?

Opinion

Permettez-moi de vous parler d’une possibilité, d’un être humain à un autre. Je suggère que, ce que vous voulez dans la vie n’a pas besoin de nom. Vous pouvez appeler ça paix, vous pouvez l’appeler bonheur, vous pouvez l’appeler libération, vous pouvez l’appeler joie – pas de problème. Pourquoi ? Parce que ce ne sont que des qualificatifs différents pour la même chose. Quand le cœur est satisfait, la joie est là. Quand le cœur est satisfait, la paix est là.

Quelle est la différence entre l’obscurité et la lumière ? Dans l’obscurité on est incapable de voir. Quand on ne voit pas, on ne peut pas éviter les obstacles. Toutes les embuches, tous les obstacles sur la route ne disparaissent pas le matin au lever du soleil. Mais on peut les voir, et, parce qu’on peut les voir, on peut les éviter. La lumière ne supprime pas les obstacles, la lumière les éclaire.

Qu’est-ce que je donne ? Je donne un parapluie. Je ne supprime pas la pluie. On ne peut pas supprimer la pluie – il pleuvra. Mais ce n’est pas gênant quand on a un parapluie. Sans parapluie, on est trempés, et on ne veut pas être trempés.

Prem Rawat

Publicités

L’appel de la paix

De petites choses telles que la paix ressentie dans le cœur de chaque être humain.
Cela peut sembler insignifiant ! Voyez-vous dans la quête de prospérité, nous avons en fait ignoré la formule établie il y a de cela très, très longtemps. Et cette formule était : paix, ensuite prospérité. A notre époque, nous sommes motivés par l’ambition. Vous êtes-vous jamais posé la question de savoir quelle est cette ambition ?

PaixProspérité

Quelle est l’ambition d’un pauvre fermier dans un lieu isolé ? Quelle est son ambition ? Son ambition est-elle de travailler dans un gratte-ciel ? Vous savez quoi ? Il n’a jamais vu de gratte-ciel. Il ne peut même pas l’imaginer.

Nous oublions parfois que nous sommes des êtres humains. En fin de journée nous avons des besoins très simples et en tête de la liste de ces besoins, il y a toujours eu se sentir satisfait ; se sentir comblés de joie. Sentir, non pas une paix par définition, mais une paix ressentie individuellement par chaque être humain en son for intérieur. Quelle que soit sa religion. Indépendamment de sa religion. C’est ce qui est extraordinaire.

Il y a un grand nombre de cuisines différentes dans le monde. – Cuisine chinoise, indienne, népalaise, sri lankaise… – toutes sortes de cuisines, mais que croyez-vous que font ces différentes cuisines ? Elles préparent une nourriture qui satisfait la faim. Nous sommes absorbés par les recettes. Nous éditons des livres sur la culture qui a produit la cuisine et nous oublions parfois la faim.

Je vais de personne à personne pour leur rappeler le plus important dans leur vie. Des choses simples, pas des choses compliquées. Je vois des guerres dans ce monde. Je n’aime pas les guerres, et je sais qu’il a été dit très souvent que les pauvres soldats qui doivent vraiment combattre sont ceux qui les détestent le plus. Personne n’aime les guerres, pourtant il y a des guerres encore, encore et encore. Et chaque fois qu’il y a une guerre, il y a un appel à la paix. Est-ce accidentel ? Est-ce une invention récente ? Non, l’appel à la paix a toujours été là ; et occasionnellement nous regardons, cherchons partout, en oubliant de chercher en nous-mêmes notre propre soif. Nous oublions que la soif est en nous et le puits est en nous. La quête de paix est en nous, et la solution pour la paix réside aussi en nous.

C’est ce que nous sommes.

Prem Rawat